La Pompe à Chaleur est-elle efficace en dessous de 0°C ?

De plus en plus de particuliers s’interrogent désormais sur l’efficacité de ces installations en saison hivernale : quelle est la performance réelle des pompes à chaleur lorsque le mercure passe sous 0°C ? Quels sont les risques de dysfonctionnement?

Qualité de la source froide

Les pompes à chaleur dites géothermiques sont relativement peu sensibles au climat extérieur. La terre ou l’eau opèrent en effet comme des réservoirs de chaleur inter saisonniers. L’impact d’une soudaine chute de température sera d’autant plus faible que le gisement est profond : les capteurs verticaux y seront quasiment insensibles ; les PAC à capteurs horizontaux (eau glycolée/eau), enterrés à faible profondeur, bien moins que des systèmes aérothermiques. Pour ces capteurs surfaciques existe cependant un risque de dégradation de la qualité de l’échangeur en raison des cycles de gel/dégel au contact qui peuvent réduire la capacité d’échange du réseau d’eau glycolée avec le sol. Les systèmes dits géothermiques présentent donc des performances relativement stables au long de l’année, et d’autant plus élevées que la source sera à l’abri du climat extérieur.

PAC aérothermiques

Les systèmes aérothermiques sont plus vulnérables aux variations climatiques. La chaleur est puisée dans l’air, sous l’influence directe du climat extérieur. Par temps froid, la performance des pompes à chaleur air/air et air/eau se dégradera en fonction de la baisse de la température, pour devenir moins performantes sous 0°C (COP proches de 2 voire inférieurs par grands froids) et inopérante sous -7°C environ. Une résistance chauffante prend alors le relais sur beaucoup de modèles. Les échangeurs extérieurs ont tendance à givrer à l’approche de 0°C, d’où la nécessité d’un système de dégivrage, mécanisme qui est maintenant sur une multitude de modèles.

PAC réversible

Les systèmes air/air (et autres « climatisations réversibles ») sont des technologies matures et généralement robustes. Elles sont très utiles pour leur double fonctionnalité, c’est-à-dire qu’elles permettront de rafraîchir votre logement l’hiver de le réchauffer l’hiver, même s’il faut prévoir un chauffage d’appoint en cas de grand froid.

Qualité de l’installation

Pour l’ensemble des systèmes de PAC, la performance est très sensible au dimensionnement de l’appareil, la qualité de son installation, à son régime d’utilisation et à son entretien. Il faut aussi savoir que la technologie « inverter » permet de moduler la puissance, évitant les arrêts/redémarrages successifs préjudiciables en termes de performance comme de longévité.
En conclusion, nous ne saurons que trop vous recommander de recourir à du matériel de qualité et adapté à vos besoins, et de faire appel à des installateurs qualifiés pour dimensionner, installer et maintenir votre installation.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *